Besoin d'aide? Vous voulez signaler un bug?
Contactez-nous et nous vous répondrons le plus rapidement possible.

Formulaire de contact

Partager Publier sur Twitter

Synopsis

Lorsque Zia se tranche les veines, il pense en finir avec les tourments de la vie. C'est alors qu'il découvre que les suicidés ont un au-delà qui leur est réservé, un monde qui ressemble étrangement à celui des vivants, en légèrement pire...

Wristcutters Wristcutters

Fiche technique

Réalisateur : Goran Dukic
Avec : Patrick Fugit, Shannyn Sossamon, Tom Waits
Genre : Drame
Durée : 88 min
Pays : Etats-Unis
Année : 2007

Commentaires

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

  1. leduffpasc le 13/08/2010 à 08h33
    Une étrange comédie fantastique, vraiment drôle à l'idée de départ très originale. Dans un monde qui fait office de purgatoire ( sans connotation religieuse ) se retrouvent tous ceux qui se sont suicidés et normalement uniquement eux. L'idée est traitée de façon étonnamment légère malgré les drames discrètement évoqués. Le summum du suicide absurde étant celui d'Eugene, un drôle de rocker, manifestement inspiré de Eugene Hütz, chanteur du groupe Gogol Bordello et qui fut le héros du premier film de Madonna, " L'Obscénité et la Vertu ". Son décès avant l'heure mêle guitare électrique, bière et concert. Eugene, dont les parents et le frère se sont eux aussi suicidés, c'est dans leurs gênes apparemment. Goran Dukic raconte une histoire folle, un brin poétique et joliment romantique. Les acteurs sont excellents : Patrick Fugit en amoureux à la quête de sa fiancée suicidée deux mois après lui ( un renversement d'Orphée à la quête de son Eurydice ? ), Shea Wigham dans le rôle du fantasque et attachant Eugene et Shannyn Sossamon qui cherche à trouver les Instances Dirigeantes pour plaider sa cause et changer son destin. Dans un monde où tout sourire est officiellement banni, elle s'amuse avec les panneaux divers et variés qui accompagnent leur parcours. Un beau trio lancé dans un road-movie absurde, ne sachant pas où ils vont ( " Si on avait un but, on ne serait pas là " ) mais ce qui compte finalement n'est peut-être pas la destination mais le voyage. Leur virée s'effectue dans une voiture qui possède ce fameux trou noir où disparaissent définitivement les objets tombés par terre, phénomène évidemment connu de toute personne montée dans une voiture. Ils rencontrent, ou plutôt évitent d'écraser, un homme bizarre qui tient une sorte de camping où de petits miracles inutiles ont lieu. Ce Kneller est interprété par le génial Tom Waits, gâté par un des meilleurs rôles de sa carrière d'acteur même s'il craint d'être " asymétrique ". Déjà impressionnant dans " Down by Law " ou " Short Cuts ", il montre une grande variété de jeu où sa subtilité peut librement s'épanouir dans la folie ambiante. Il est vraiment excellent, un film à recommander vivement à tous ses fans. Une de ses chansons illustre le début du film ( " Dead and Lovely " composée avec Kathleen Brennan, son épouse et complice de composition pour la bande originale de " Coup de Coeur " notamment ).
    L'humour est plus pince-sans-rire que follement burlesque, permettant plus facilement de l'émotion, légère mais réelle. Les relations entre les personnages dégagent une grande sympathie. Le rire, ou sourire, vient aussi grâce à de petits gags discrets autour du suicide comme ce resto qui s'appelle le " Hunger Strike Diner " ou la chanson qui se laisse entendre en bruit de fonds, " Love Will never tear us apart " de Joy Division dont le chanteur Ian Curtis s'est suicidé, un hommage qui aurait pu être lourd mais la discrétion de cet hommage évite cet écueil. Dommage que de telles références ne soient pas plus nombreuses, peut-être des problèmes de droits ou plus simplement une envie de simplicité de l'auteur. Le ton est plaisant de bout en bout, la mise en place des situations est claire, rapidement. Goran Dukic a osé un film différent. La mise en scène est classique mais a quelques jolies séquences comme celle où Patrick Fugit, Shannyn Sossamon et Tom Waits à la recherche de Yan ( John Hawkes, peut-être sous-utilisé ici ) sont dans le même plan mais chacun à un niveau d'écart, créant un bel effet de perspective, gratuit mais d'une vraie beauté. Fortement recommandé mais attention, le cycle de film CinéMadness ne devrait rester qu'une semaine en salles, ne passez pas à côté de cette comédie étrange, suffisamment irréaliste pour séduire.
    A noter que l'auteur du roman adapté est Edgar Keret, écrivain israelien mais aussi cinéaste : il a co-réalisé " Les Méduses " caméra d'or à Cannes en 2007.
  2. PhilSine le 05/08/2010 à 10h20
    Petite comédie fantastique originale et sympathique. Vu pas plus tard qu'hier au Publicis, je vous propose déjà d'en découvrir ma critique : http://cinematheque.over-blog.net/article-cinemadness-petits-suicides-entre-amis-de-goran-dukic-eu-gb-2006-54943636.html
  3. matimato le 30/07/2010 à 10h55
    Un film original et décalé. il faut vraiment accrocher mais si c est le cas c est prenant et plutôt bien trouve.

Bande annonce